Arkivet, Thorvaldsens Museum

 
No. 6526 af 10229
Afsender Dato Modtager
Pierre-Jean David d'Angers [+]

Afsendersted

Paris

September-oktober 1834 [+]

Dateringsbegrundelse

Dateringen fremgår af den bog, hvori denne tekst er trykt.

Omnes
Resumé

D’Angers besøger Tegel og glæder sig over den smukke park og Schinkels smagfulde bygning. En skulptur forestillende Adelheid von Humboldt betragter han som et Thorvaldsen-værk (skønt den er af Rauch) og kalder den “dårlig, elendig, som alle denne mesters værker”. Omvendt omtaler han ikke gravmælet for Caroline von Humboldt som et Thorvaldsen-værk (skønt det er det). D’Angers nærer beundring for antiksamlingen – og det faktum, at det ved hjælp af en lille sø er lykkedes at rejse så smukke træer, trods en ualmindeligt sandet jordbund. Skønt vel modtaget, bryder han sig ikke om at trykke Humboldts hånd, da denne er døden nær.

[...]

A Tégel, belle habitation de M. de Humboldt, l’aîné. Vous voyez un parc magnifique, des arbres aussi beaux que dans le parc de Saint-Cloud, une maison d’un goût charmant, arrangée par Schinkel, remplie de sculptures antiques. On y voit une charmante petite figure représentant une jeune fille faisant marcher un papillon dans sa main: c’est une des filles de M. de Humboldt, une figure dans le style éginette, de Thorvaldsen (elle est mauvaise, nulle, comme tous les ouvrages de ce maître). Sur une colonne, c’est le monument de Mme de Humboldt. Sous le péristyle un autel antique qui a été trouvé dans un couvent, et qui servait de puits. Toute cette sculpture donne à cette maison un caractère de grandeur et de majesté difficile à décrire; mais ce qui est admirable, c’est d’avoir triomphé de ces sables pour faire venir d’aussi beaux arbres. Quand vous marchez dans les allées, vous entrez dans le sable jusqu’à la malléole; les roues de votre voiture tracent un profond sillon sur la route, et enfin on ne voit que sable et forêts de sapins. Il paraît qu’à trois pieds de profondeur environ, on trouve la terre argileuse, et dessous encore du sable, mais qui se trouve humecté par un étang qui est comme une rivière, et qui forment de charmantes îles que l’on voit de chez M. Humboldt, et qui donnent à la vue, qui est très étendue, un aspect de grande beauté: on voit Berlin, Postdam; tout ce paysage est coloré des teintes les plus vives, car l’air est d’une grande pureté dans ce pays. M. Humboldt nous a parfaitement reçus; mais il y avait pour nous un sentiment pénible, en pressant cette main si voisine du tombeau.

[...]

Generel kommentar

Denne tekst er et uddrag fra David d’Angers’ dagbøger. Teksten beskriver David d’Angers’ besøg på familien Humboldts Schloss Tegel ved Berlin.
Tekststykket er skrevet af efter den trykte udgave af dagbøgerne, Bruel, op. cit.

Thiele
Ikke omtalt hos Thiele.
Andre referencer

  • André Bruel (ed.): Les Carnets de David d’Angers, vol. I-II, Paris 1958, vol. I, p. 319-320.

Emneord
Kritik af Thorvaldsens værker, negativ · Thorvaldsens restaurering af Ægineterne
Personer
Caroline von Humboldt · Wilhelm von Humboldt · Karl Friedrich Schinkel · Bertel Thorvaldsen
Sidst opdateret 20.03.2020 Print