The Thorvaldsens Museum Archives

 
No. 8754 of 10237
Sender Date Recipient
Eugène? de Lasiauve [+]

Sender’s Location

Paris

Information on sender

Rødt laksegl med utydeligt slyngmonogram.

30.5.1841 [+]

Dating based on

Dateringen fremgår af brevet.

Bertel Thorvaldsen [+]

Recipient’s Location

København, muligvis videresendt

Information on recipient

Udskrift: Monsieur / Monsieur B Thorvaldsen, / Directeur de l’Academie des Beaux-Arts / Copenhague / franco / [med anden skrift:] Flensborg 2 Jun

Abstract

The commentary for this letter is not available at the moment.

See Original

Augustenburg, Ile d’Alsen, 30 mai 1841.

Monsieur,

Un de mes amis intimes, M. Fréderic Fayot, homme de lettres, l’un des rédacteurs de l’Encyclopédie des Gens du Monde, Section des Beaux Arts, vient de m’ecrire qu’il doit prochainement paraître dans l’Artiste, une notice en quatre articles du Cte. de Rasinsky et qui vous concerne, Monsieur. En me priant de vous l’adresser quand je l’aurai reçue, M. Fayot me fait aussi part du vif désir qu’il a de rédiger votre biographie dans l’Encyclopédie. J’honorerait a bon droit. Comme il ne voudrait point aller à l’aventure dans un travail aussi important, puisqu’il doit désormais appartenir à l’histoire moderne des Beaux Arts, en Europe; qu’il ne voudrait le rédiger qu’autant qu’il serait parfaitement d’accord avec les faits principaux et accessoires et de plus approuvés par l’artiste lui même; que c’est autant par interêt pour le grand maître que par amour pour la vérité, il m’a instamment prié, dút votre modestie en souffrir un peu, Monsieur, de vous écrire à ce Sujet. Ainsi il désirerait savoir, d’une part, si vous approuvez dans leur généralité les faits contenus dans une biographie danoise de vous, écrite par M. Thiele, que j’ai en ce moment sous les yeux; d’autre part, s’il ne serait possible de mieux préciser certaines circonstances qu’on ne présente que sous forme d’on dit. Je ne vous les rappellerai point; encore moins je veux multiplier ces questions; je crains trop de vous importuner. Vous saurez mieux que moi harmonier la verité avec une modestie qui nous est si connue, vous qui avez su harmonier tout et de si jolies choses!
Quand vous aurez bien voulu me dire si M. Fayot doit ou non se conformer en tout à cette biographie de M. Thiele qui orne si bien le frontispice de vos immortelles oeuvres, veuillez croire que notre parisien n’attendra pas longtemps la réponse qu’il sollicite si vivement, afin de pouvoir rendre hommage et justice à qui elle appartient à si juste titre.
Je m’occupe en ce moment de traduire en français cette biographie, quand elle sera achevée, j’espère la joindre aux notes correctives et additionnelles que vous voudrez bien m’adresser.
Lors de mon voyage à Copenhague, l’an dernier, où j’ai eu l’honneur de vous voir et de vous adresser quelques paroles au théâtre, j’avais eu l’intention de vous demander la permission de vous entretenir un instant à ce sujet; car je savais déja que, lorsqu’on serait arrivé à la lettre T de l’Encyclopédie, M. Fayot devait s’occuper de vous, Monsieur; mais je n’en ai point eu l’occasion. Quelques jours plus tard, sur l’invitation de Madame la Duchesse d’Augustenbourg, j’allai visiter avec elle, Sa Majesté la reine de Danemark et toute la famille royale, votre Salon de peinture, et en particulier vos ateliers et même vos appartemens; je voulais vous parler après notre visite; cette fois la encore des obstacles se présentèrent: la pluie tomba à torrens et obligea tout le monde de se séparer, les uns de gagner un abri jusque dans les serres des jardins, les autres leurs voitures; je me vis donc de nouveau contraint d’ajourner mon projet.
Mais aujourd’hui, Monsieur, que ces obstacles n’exsistent plus, que je crois pouvoir, sans trop vous importuner, solliciter de vous cette haute marque de bienveillance, j’attendrai plein de confiance qu’il vous plaise de vouloir bien me la témoigner, en me pardonnant cette trop longue
lettre sans doute.

Veuillez agréer, je vous prie, Monsieur,
l’assurance parfaite des hauts sentimens d’estime
et de considération,

M. Fayot demeure À Paris, 11 rue
Therèse, au coin de la rue Ventadour
avec lesquels j’ai bien l’honneur
d’etre votre très humble et très obéissant
Serviteur
de Lasiauve avat.
attaché à l’éducation des Princes d’Augustenburg
(Ile d’Alsen, chez Monseigneur le duc d’Augustenburg)
Archival Reference
m24 1841, nr. 24
Last updated 10.05.2011 Print